Séline Magnétiseuse Nantes 06 87 75 07 62

Dysgraphie et accompagnement des dysgraphiques

L’énergétique permet d’accompagner les personnes touchées par la dysgraphie, un trouble lié à l’exercice de l’écriture. Qu’est-ce que la dysgraphie ? Comment la diagnostique-t-on ? Comment l’accompagne-t-on ?

https://www.youtube.com/watch?v=GUxkpE7o6pk

La dysgraphie est un trouble lié à l’écriture. Pour la majorité d’entre nous, écrire avec un stylo, un crayon sur une feuille de papier est un geste automatique. Les bases ont été acquises depuis tout petit et le geste semble naturel. Or, les personnes dites dysgraphiques rencontrent de grandes difficultés dans l’apprentissage de l’écriture. Cela reste une discipline très complexe que le temps n’efface pas vraiment, ni les exercices. Cela ne signifie pas que les personnes concernées ne peuvent pas écrire, mais plutôt que leur écriture sera lente et pénible, voire douloureuse car on est dans la non-maîtrise des doigts.

Les caractéristiques de la dysgraphie

Les personnes touchées par la dysgraphie rencontrent des difficultés à dessiner la forme des lettres, à les tracer et les lier. La dysgraphie peut être associée à d’autres troubles dys, notamment la dysorthographie ou la dyslexie. Cette association de troubles dys portent un nom : les multidys.

Cela se manifeste par une sorte de désorganisation de l’écriture : ne pas mettre la barre du T, par exemple. La personne dysgraphique attend d’avoir terminé l’écriture complète de son mot avant d’ajouter la barre… et peut donc l’oublier. Cela rend une écriture difficile à lire, peu compréhensible, désordonnée. Qu’elle soit lente ou rapide, la trace graphique restera toujours illisible.

Il est important de comprendre que la dysgraphie n’est pas une manifestation de paresse mais bien un trouble neurologique. Il ne faut donc pas reprocher à un enfant ce trouble de l’écriture. Souligner ce défaut présente le risque de le blesser, de lui donner une mauvaise estime de soi et de le dégoûter définitivement de l’écriture.

bébé mouvement primordial dysgraphie

Une graphothérapeute m’a expliqué que la dysgraphie était plus fréquente chez les enfants qui n’ont pas acquis les réflexes primaires. Pour se déplacer, les enfants doivent passer de l’étape quatre pattes à la position debout pour marcher. Or, certains enfants passent au marcher debout sans avoir acquit le quatre pattes, perdant au passage quelques réflexes primaires.

La dysgraphie peut également être la conséquence d’un épisode traumatique, suite à des remarques sur l’écriture, la forme inexacte des lettres, la lenteur d’exécution. Le trouble peut également provenir d’un exercice d’écriture donné comme punition (« tu m’écriras cent fois… ») entraînant une certaine phobie de l’écriture.

Diagnostiquer la dysgraphie

Diagnostique dysgraphie

A l’instar de l’ensemble des troubles dys, plus la dysgraphie est détectée jeune, plus il sera aisé de la traiter par la suite. Les orthophonistes peuvent réaliser les tests de dysgraphie, tout comme les psychomotriciens et les ergothérapeutes.

Le suivi des personnes dysgraphiques

L’ergothérapie, une spécialité accompagnant les personnes souffrant de handicaps moteurs ou psychomoteurs, est la solution la plus couramment admise pour suivre les troubles de la dysgraphie. L’enfant est notamment accompagné vers l’ordinateur qui représente une excellente alternative.

Les tests doivent être réalisés par un neuropédiatre ou un pédiatre pour les enfants. Ce spécialiste nous guide dans les démarches à entreprendre notamment auprès de la MDPH. Il peuvent ensuite faire intervenir une AESH (AVS) ou donner l’accord au département pour se faire prêter du matériel, notamment des ordinateurs avec souris et scanner.

L’énergétique pour accompagner les personnes dysgraphiques

séance énergétique dysgraphie

En plus des suivis paramédicaux, les personnes dysgraphiques peuvent suivre un accompagnement en énergétique. Chaque trouble résulte d’un dysfonctionnement cérébral. J’ai pour ma part acquis de nombreuses connaissances dans le domaine de par mon environnement familial. J’ai pu allier ma passion de l’énergétique à l’aide pour les atypiques.

En utilisant différentes techniques en énergétique, j’ai constaté chez certains parents des améliorations dans le stress, la nervosité, les émotions, qui aide à résoudre quelques problèmes liés à la dysgraphie. Les mains sont de moins en moins crispées sur le crayon et les frustrations de ne pas pouvoir faire comme les autres s’atténuent. L’apaisement aide à mieux écrire. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez plus de renseignements.