Séline Magnétiseuse Nantes 06 87 75 07 62

Qu’est-ce que la dyspraxie (dite maladresse pathologique) ?

La dyspraxie est le trouble du développement de la coordination. Les personnes dyspraxiques sont donc des personnes qui rencontrent des problèmes pour coordonner leurs gestes. Le trouble se manifeste dès l’enfance, quand on compare les performances gestuelles par rapports aux enfants du même âge.

Les caractéristiques de la dyspraxie

La dyspraxie est connue sous le nom de “maladresse pathologique”. Il s’agit donc de personnes que l’on trouve maladroites parce que souvent, elles font tomber quelque chose, elles se cognent, elles tombent… à des fréquences supérieures à la moyenne.

Manier des couverts lorsque l’on mange est pour les dyspraxiques un exercice contraignant car elles ne parviennent pas à coordonner fourchette et couteau. Les enfants atteints de dyspraxie vont avoir des difficultés à ne pas dépasser des lignes pour colorier. Ou plus simplement à faire leurs lacets. Le problème de coordination peut aussi se situer au niveau spatial, dans le fait de se perdre facilement dans un lieu donné. Il peut se présenter au niveau des yeux quand en classe on doit suivre en même temps le tableau et le cahier, ou même simplement lorsque l’on lit un livre.

Comment est diagnostiquée la dyspraxie ?

Pour rendre compte de la dyspraxie, il convient de faire un test psychométrique, plus généralement appelé “Test QI”, bilan du quotient intellectuel. Cet examen permettra de savoir si la maladresse n’est pas liée à d’autres troubles. Il permet aussi de détecter une déficience intellectuelle ou une efficience intellectuelle.

On détermine si la personne a un profil homogène ou un profil hétérogène, ce qui permet de cibler les difficultés. Le test psychométrique est réalisé chez un psychologue spécialisé ou un neuropsychologue. D’autres tests complémentaires peuvent être réalisés chez le psychomotricien ou l’ergothérapeute.

S’il s’agit d’un trouble des yeux, il est préférable de consulter un orthoptiste, dont le bilan orthoptique permettra d’entreprendre une rééducation des yeux.

La dyspraxie sera confirmée par un neuropédiatre, pour les enfants, ou un psychiatre, chez les adultes. Le médecin généraliste peut également la diagnostiquer pour peu qu’il soit spécialisé dans le domaine.

Comment sont suivies les personnes dyspraxiques ?

Le suivi de la dyspraxie dépend des diagnostics effectués et de l’origine du trouble. Un psychologue ou un neuropsychologue sera intéressant à consulter notamment pour préserver l’estime de soi. La psychomotricité ou l’ergothérapie permettront quant à elle de rééduquer la gestuelle. Enfin, l’orthoptiste assurera le suivi s’il s’agit de rééduquer les yeux au suivi.